Sétif-Actu

Sétif-Actu

Thannourth ou grillade de fèves

Chez nous, à Draa Kébila, localité relevant de la wilaya de Sétif (petite Kabylie, Algérie), nous consommons beaucoup de fèves tant fraîches que séchées ; c'est d'ailleurs le cas aussi en grande Kabylie. Ailleurs, dans le reste de l'Algérie, ce produit est moins utilisé qu'ici.

 

Nous distinguons au moins trois types de fèves :

-         Les petites fèves, appelées ici, ivawène lakvayale qui signifie fèves des kabyles.

-         Les grosses fèves, appelées ici, ivawène lmalti qui signifie fèves des Maltais.

-         Les moyennes fèves, appelées ici, ivaouène ouazgane lmatti qui signifie fèves Maltaises moyennes.

 

Les petites fèves sont utilisées fraîches ou séchées. Les fraîches sont surtout préparées seules ou avec du couscous que l'on appelle ici mesfouf.

 

Dans le premier cas, seules, les fèves sont cuites à la vapeur puis on met un peu de sel et on les mange à la main ou avec une cuillère à soupe. Elles se mangent seules ou avec du lait frais ou caillé ou du petit lait. C'est un plat que l'on prend généralement environ une heure avant le dîner du soir. Et, s'il en reste des fèves, on peut les prendre le lendemain matin après les avoir réchauffées.

 

Dans le second cas, on les mélange à du couscous et du lait frais ou caillé ou du petit lait ; c'est ce qu'on appelle mesfouf. A préciser que dans ce cas, on peut y trouver aussi l'écaille verte de fèves (l'enveloppe qui renferme les grains de fèves) tant qu'elle n'est pas encore sèche ou en voie de l'être.

 

Les petites fèves séchées sont utilisées de différentes manières :

-         écrasées, elles servent à préparer une soupe visqueuse que l'on appelle ici avissar ; une soupe aux fèves sèches prises avec du couscous ou avec le gros couscous (avasine ou verkoukès). La soupe de fèves sèches s'avale seule aussi ; on la prend avant le dîner ou le repas de midi. On en prépare beaucoup, à l'occasion de la naissance de garçons ou de filles. La soupe aux fèves préparée avec du poulet, de ferme surtout, est distribuée aux familles voisines et aux amis. C'est une façon de les associer à la joie de la famille où il y a une naissance. C'est une soupe très délicieuse à déguster.

-         Fraîches, les petites fèves sont parfois cuites grillées, type grillade. Cette façon particulière de grillade de fèves fraîches est appelée ici : Thannourth.

 

Thannourth, ou grillade de fèves fraîches, est une pratique typique de la petite kabylie. La recette est simple. On va dans un champ semé de fèves, au moment où celles-ci sont encore fraîches, on choisit des grappes de fèves, on leur enlève les feuilles puis on les met sur un feu préparé à l'aide de branchettes d'arbres. Pendant la cuisson, de temps en temps on retourne les grappes de fèves. Ici, ces grappes sont appelées ighouriyane (ighouri, au singulier). Une fois cuites, après refroidissement, on fait sortir les fèves de leur enveloppe une par une et on les mange telles quelles sans rien leur ajouter ; à la limite on met un peut de sel. Il faut signaler que la grillade de fèves fraîches tant à disparaître ; on en fait de moins en moins surtout du fait qu'elle  nécessite que l'on ait soit même au moins une petite parcelle de terre plantée de fèves. Alors que de nos jours, nous en achetons les fèves au marché, mais on n'y trouve pas de grappes.

 

Thannourth se fait à l'occasion du déplacement des membres d'une famille vers leurs champs pour décortiquer les fèves fraîches et les ramener à la maison ; cette opération est appelée ici, asfrouri y'ivawène. Elle se fait aussi entre amis.

 

Pour faire thannourth, de préférence on utilise les petites fèves ; mais on peut faire autant avec les fèves moyennes ou les grosses. Ces deux derniers types de fèves ne sont pas utilisés pour en préparer la soupe avissar évoquée plus haut.

 

Enfin les fèves sèches, peuvent servir à préparer, ce que l'on appelle ici, ilafthayène, qui est  un mélange de fèves sèches, de blé dur et de lentilles, le tous cuit dans de l'eau bouillie avec du sel. Cette recette, on a recours lorsque notre enfant, garçon ou fille, commence à faire pousser des dents, ceci afin, dit-on, qu'elles poussent sans douleur. Il s'agit là d'une vieille croyance ou mythe qui se perpétue encore à ce jour. Souvent, on  prépare des fèves sèches dans de l'eau bouillie et du sel sans leur ajouter autre chose pour les vendre par petit pot.

 

Auteur : Rachid Sebbah 

 

Idée de : Khoudir Izontar.



02/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres